Chapitre 17 :

La clarté d'un soleil faisait partie de ces merveilles, qui avait le simple et divin don de réchauffer délicatement des cœurs souffrant. C'était une beauté réservée aux plus magiques d'entre-nous... Ceux qui avaient encore foi en l'espoir, pour rêver.

Je n'aurais jamais su dire quand tout avait commencé à se détruire autour de moi. J'avais espéré inconditionnellement que les choses ne se passent pas de cette façon. Le monde s'assombrissait de jour en jour et laissait planer un destin incertain au dessus de nos têtes. J'aurais voulu croire que cette fin n'était pas une fatalité en soi mais tout s'était écroulé lorsqu'il avait posé ses deux grands yeux verts terrifiés sur moi. Je revoyais son visage pâle, tiraillé par l'inquiétude et ses mains tremblantes venir progressivement se placer devant sa bouche. Telle une pluie battante, ses larmes étaient venues se fondre avec la poussière voletante du sol. Il était resté là, pétrifié et paralysé par la peur qui montait en lui. Les mots m'avaient écorché la bouche, mais aucun d'eux n'avaient traversé mes lèvres. Seul le désespoir avait regorgé ma vision de sanglot pendant que mon corps sombrait à l'abris de ses bras, faisant mourir mes derniers mots, dans un écho faible.

- Ha... Harry... Je t'en prie.

Flashback

Refermant la porte après mon passage, j'observais d'un œil distrait la lune se refléter sur les murs sombres de l'école, les enveloppant de sa douce et chaleureuse lumière. Effleurant mes lèvres du bout des doigts, je touchais indéfiniment la fatalité de mon acte. J'aurai voulu n'avoir aucun regret. Aucun qui s’immiscerait en moi pour forger l'inquiétude qui apparaissait. C'était arrivé d'une façon imperceptible et si soudaine. Aucun de nous deux n'auraient pu prédire ce qui se serait passé dans cette salle, pourtant, ça sonnait presque comme une évidence trop claire. Une chose qu'on appelait le destin nous avait réunis pour une raison que nous ignorions.

Avançant dans les couloirs sur la pointe des pieds avec ma baguette à la main, j'esquivais quelques remarques cinglantes de la part des tableaux qui n'appréciaient pas particulièrement être dérangés en pleine nuit. Bien que j'étais sortie sans problème majeur de ma salle commune, rentrer s'avérait plus compliqué que je ne le pensais. Des pas précipités se faisaient entendre à l'autre bout du couloir et je craignais l'arrivée accidentelle de Rusard et de Miss Teigne dans la seconde.

  

Comment Stream