Benjamin Biolay - Ton héritage

Si tu aimes les soirs de pluie, mon enfant, mon enfant

Les ruelles de l'Italie et les pas des passants

L'éternelle litanie des feuilles mortes dans le vent

Qui poussent un dernier cri, crie, mon enfant

Si tu aimes les éclaircies, mon enfant, mon enfant

Prendre un bain de minuit dans le grand océan

Si tu aimes la mauvaise vie, ton reflet dans l'étang

Si tu veux tes amis, près de toi, tout le temps

Si tu pries quand la nuit tombe, mon enfant, mon enfant

Si tu ne fleuris pas les tombes mais chéris les absents

Si tu as peur de la bombe et du ciel trop grand

Si tu parles à ton ombre de temps en temps

Si tu aimes la marée basse, mon enfant, mon enfant

Le soleil sur la terrasse et la lune sous le vent

Si l'on perd souvent ta trace dès qu'arrive le printemps

Si la vie te dépasse, passe, mon enfant

Ça n'est pas ta faute, c'est ton héritage

Et ce sera pire encore quand tu auras mon âge

Ça n'est pas ta faute, c'est ta chair, ton sang

Il va falloir faire avec ou plutôt sans

Si tu oublies les prénoms, les adresses et les âges

Mais presque jamais le son d'une voix, un visage

Si tu aimes ce qui est bon, si tu vois des mirages

Si tu préfères Paris quand vient l'orage

Si tu aimes les goûts amers et les hivers tout blancs

Si tu aimes les derniers verres et les mystères troublants

Si tu aimes sentir la terre et jaillir le volcan

Si tu as peur du vide, vide, mon enfant

Ça n'est pas ta faute, c'est ton héritage

Et ce sera pire encore quand tu auras mon âge

Ça n'est pas ta faute, c'est ta chair, ton sang

Il va falloir faire avec ou plutôt sans

Si tu aimes partir avant, mon enfant, mon enfant

Avant que l'autre s'éveille, avant qu'il te laisse en plan

Si tu as peur du sommeil et que passe le temps

Si tu aimes l'automne vermeil, merveille, rouge sang

Si tu as peur de la foule mais supportes les gens

Si tes idéaux s'écroulent le soir de tes vingt ans

Et si tout se déroule jamais comme dans tes plans

Si tu n'es qu'une pierre qui roule, roule, mon enfant

Ça n'est pas ta faute, c'est ton héritage

Et ce sera pire encore quand tu auras mon âge

Ça n'est pas ta faute, c'est ta chair, ton sang

Il va falloir faire avec ou plutôt sans, mon enfant.