La Belle Electrique, jusqu'au bout de la nuit

Dix ans qu'elle se fait attendre. Deux ans qu'elle est sortie de terre. Samedi 10 janvier, la Belle Electrique a ouvert ses portes pour la toute première fois pour une soirée d'inauguration gratuite.

Les prétendants sont venus nombreux. Mélange des générations, mélange des genres et des styles. Assurément, la Belle rassemble.

Dès 20 heures, une foule eclectique de curieux se pressent devant ses portes, s'allonge en une file d'attente interminable. Ils touchent la Belle Electrique du bout des doigts. Il faut dire qu'elle a sorti le grand jeu pour eux. Toute de bois et de verre vêtue, parée de ses plus beaux atours lumineux, elle illumine toute la place Andry-Farcy et fait resonner tout le site Bouchayet-Viallet.

Sur la place Andry-Farcy, la foule se presse aux portes de la salle
  • Dj, electro, funk, hip-hop...

Postés sur la terrasse, les DJs de Sound Disciple commencent à charmer les quelques soupirants de la Belle avec des sons tout droit sortis d'une Bo d'un film de Tarantino. Depuis le balcon, les danseurs jouent les effarouchés et esquissent des pas de danse timides.

On déambule, on se perd avec plaisir dans le labyrinthe de ses couloirs, on s'attarde sur ses fauteuils, ou auprès du bar.

Mais quand les premières notes de Monkypolis emplissent la salle,  plus de doute. Des quatre coins de la salle, le son frole la perfection. Il est limpide même. Sarh, le duo  composé de Dj Pone et José Rei Fontao, les deuxièmes invités de la soirée, ne font que précipiter les choses entre la Belle et son Public: morceaux hypnotiques et basses puissantes qui retentissent dans tout le corps. Il est 22 heures et on tombe amoureux.

Pleine de surprise, la Belle a aussi du caractère et sait s'amuser. Le collectif Da Great Booga Wooga réchauffe l'ambiance à grands coups de trompettes et de joyeuses mélodies funk tandis qu'ASM ( A State of Mind) déverse de flots de hip-hop vitaminés sur un public de plus en plus conquis.

La nuit suit son cours. Il est 2 heures du matin, place à l'electro ensorcelante de Thylacine. Musique puissante, notes de saxophone. Les spectateurs sont envoûtés. Derrière le jeune musicien de 21 ans, des formes géométriques et un jeu de lumières onirique viennent parfaire l'atmosphére planante qui règne désormais dans la salle.

Jusqu'à l'aube, se succèdent le mystérieux duo Kuage et Bambounou, DJ emblématique de l'electro parisienne pour le plus grands plaisir des oiseaux de nuits.

Mais six heures sonnent. Il faut la laisser se rendormir. La quitter pour mieux la retrouver.

Lylia Berthonneau

Comment Stream