Prévention des risques numériques



On en parle ? On fait le point tous ensemble !

Je suis venu pour vous aider à mieux maîtriser votre pratique numérique et celle de vos enfants, à vous protéger dans la grande aventure du numérique ainsi que vos enfants.

Consultant en Technologies Usuelles de l'Information

Universitaire IFUCOME/UCO ANGERS

Certifié en Criminologie (spécialité Terrorismes/Cybercriminalité) CNAM

Certifié en Gestion de crise Université Assas-Paris II Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale


Au programme en EMC
en classe de Première Bac Professionnel

D'abord, en 2 ou 3 minutes, tu vas essayer de lister attentivement sur une  feuille personnelle tout ce qui te paraît contraire à la loi sur Internet
(consignes et déroulement)

Je sens que tu as peut-être déjà
une petite question à me poser (tu n'hésites pas !)
_________________________________



Un réflexe citoyen

Signaler des contenus dangereux

Comment dénoncer le cyberharcèlement
sur les réseaux sociaux ?

Comment effacer des photos embarrassantes
sur les reseaux sociaux ?

____________________________________________________________

Un peu de vocabulaire...

Injure = Insulte = Parole ou acte qui blesse quelqu'un

Diffamation = Calomnie = Dire de quelqu'un qu'il a fait quelque chose alors que ce n'est pas vrai (j'accuse quelqu'un d'être un voleur alors qu'il n'a rien volé)

Harcèlement = Faire subir à quelqu'un d'incessantes pressions, attaques ou critiques

Droit à l'image = chaque personne est propriétaire de son image (par exemple je peux refuser d'être photographié, mes parents refusent que l'on me photographie)  

Piratage = moyen ou technique permettant à un hacker ou pirate de prendre le contrôle de votre ordinateur en l'empêchant de fonctionner, en récupérant des informations sensibles (mots de passe...)

Propagande jihadiste=radicalisme religieux/Daesh

_____________________________________________________________

Travail sur une vidéo

"Le blog de Mehdi"

Correction


Non-respect du droit à l'image

Harcèlement

Insulte  ou  Injure
_________________________________

?Question bonus? :
S'il y avait une morale à retenir de cette histoire, laquelle proposes-tu ?

_________________________________

Gros plan sur Internet et Liberté d'expression

Contrairement à ce que vous pouvez croire, Internet n'est surtout pas un espace de non-droit (c'est-à-dire un espace où l'on peut écrire ou faire n'importe quoi !). Même si assez souvent des internautes se servent d'Internet pour "se défouler" au mépris de la loi !

                                      Quelques exemples pour mieux comprendre :

Cas 1

Un tribunal a condamné l’auteur d’un blog qui avait publié les termes suivants « misérable imbécile », « triste individu », « aussi laid que lui », « énergumène » et « aussi inepte que l’individu lui-même », en considérant que ces termes étaient injurieux envers la personne à laquelle ces propos étaient destinés. L’auteur a été condamné à la somme de 1 200 euros à titre de dommages et intérêts[3].

Cas 2

Un salarié a voulu se venger de son ancien directeur, le jugeant responsable de son licenciement. De façon anonyme, il lui a créé une fausse fiche Viadeo sur laquelle il a tenu des propos attentatoires à la réputation et à l’honneur de son ancien chef. Pour connaître son identité, des investigations ont été menées auprès de Viadeo et de Free et elles ont permis d’identifier l’adresse IP, à l’origine de la mise en ligne, et l’abonné du fournisseur d’accès. L’auteur de la fausse fiche a été condamné pour propos diffamatoires[4].

Cas 3

Un autre internaute a fait l'objet d'une condamnation pour avoir insulté sur son « mur » les gendarmes qui venaient de le contrôler. De ce fait, il a été jugé et condamné à 3 mois de prison ferme ainsi qu'à 1 200 euros d'amende pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique. Le profil de la personne était public et n'importe qui, y compris les membres des forces de l'ordre, pouvait y avoir accès[5].

                                                             A savoir !

                            Les limites à la liberté d'expression sur Internet

La liberté d’expression n’est pas un absolu et elle se trouve affectée de nombreuses limites que les internautes ne doivent pas ignorer.

Il n’est donc pas ici question de brider la liberté d’expression de quiconque : enseignant, personnel non enseignant, chef d’établissement, élève ou parent, mais d’effectuer un rappel des limites fixées par la loi.

  • Limite 1 - Ne pas porter atteinte à la vie privée et au droit à l’image d’autrui (pour des précisons complémentaires voir les fiches Vie privée et internet et Image et vidéo).
  • Limite 2 - Ne pas tenir certains propos interdits par la loi : l’incitation à la haine raciale, ethnique ou religieuse, l’apologie de crimes de guerre, les propos discriminatoires à raison d'orientations sexuelles ou d'un handicap, l’incitation à l'usage de produits stupéfiants, le négationnisme.
  • Limite 3 - Ne pas tenir de propos diffamatoires : la diffamation se définit par toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne[1]. Il est possible pour se défendre d’une accusation de diffamation d’invoquer l’exception de vérité[2], c’est-à-dire de rapporter la preuve de la vérité de ses propos.
  • Limite 4 - Ne pas tenir de propos injurieux : l’injure se définit comme toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait.
  • Limite 5 - Il existe également des limites spécifiques telles que le secret professionnel, le secret des affaires et le secret défense.
  • Limite 6 - Certaines personnes, en raison de la fonction qu’elles occupent, sont tenues à un « devoir de réserve ». C’est le cas des fonctionnaires qui doivent exprimer leurs opinions de façon prudente et mesurée, de manière à ce que l’extériorisation de leurs opinions, notamment politiques, soit conforme aux intérêts du service public et à la dignité des fonctions occupées. Plus le niveau hiérarchique du fonctionnaire est élevé, plus son obligation de réserve est sévère.


                                                         2 points d'attention :

1- Le sentiment d'anonymat et d’impunité sur internet est trompeur, les auteurs de propos répréhensibles peuvent être identifiés par une levée de l’anonymat.


2- Il existe sur internet un droit spécifique : le droit de réponse. Ce droit peut être exercé lorsque l’on est directement nommé dans le contenu auquel on souhaite répondre. La demande doit être adressée par lettre recommandée au gestionnaire du site dans le délai de trois mois à partir de la date de publication du contenu. Ce droit peut être demandé lorsqu’il n’est pas possible de répondre directement sur le site internet (par exemple sur les forums, il est possible de répondre directement).

______________________________________________________________________

Un cas intéressant à étudier pour travailler
en EMC au niveau Première

Une image à méditer pour mieux comprendre !
Comprendre quoi d'après vous ?

L'image ci-dessous tu l'interprètes comment ?

Quelques règles d'or...à respecter !!!
La règle de 3...


Tu réfléchis tu publies et non dans le désordre
(Trop souvent tu réfléchis après avoir publié !
Il est peut-être trop tard !)


Attention à ton e identité et à ta e réputation
(c'est quoi encore ces nouveaux mots à la mode ?)


Comment suivre mes traces sur internet ?



Et le nouveau droit à l'oubli dans tout ça ?


Moi j'ai envie de creuser ces questions en jouant.
Et toi tu es partant ?

Je vais partir !
Avant, tu as peut-être des questions à me poser ?
Ou tu préfères m'écrire car c'est plus discret ?

e.bourgoin@ectic.org


On dirait que tu viens de passer
ton permis de conduire sur Internet !
Au fait tu l'as obtenu ?