Twitter & Bordeaux
La carte & le territoire

Où l'on apprend qu'on twitte plus chez MacDo qu'à la Tupina, plus à l'hôtel 1ère Classe de Lormont qu'au Grand Hôtel de Bordeaux, plus à la Cité Le Dorat à Bègles qu'à la Cité Frugès à Pessac!

Le récent article de Slate (http://www.slate.fr/story/95599/tweets-carte-france-monde) révélant la carte mondiale des tweets géolocalisés, constate que « Paris tweete plus que la province, la France moins que ses voisins du Nord ». Le Monde reprenant l’article, affine les enseignements (http://transports.blog.lemonde.fr/2014/12/11/sur-la-carte-mondiale-des-tweets-on-repere-les-gares-les-aeroports-les-aires-dautoroute/) en constatant que c’est dans les « halls de gare, sur les aires d’autoroute, dans les terminaux d’aéroports » que l’on tweete le plus. Lieux touristiques, centres d’affaires et infrastructures de transport sont donc les temples de l’accro à Twitter.

Qu’en est-il sur la métropole bordelaise ? La puissance de la carte fournie par Eric Fischer - qui avait déjà frappé fort avec les cartes de grandes villes représentées par les photos prises par les touristes et les habitants https://www.flickr.com/photos/walkingsf/sets/72157624209158632/ - permet de lancer bien d’autres hypothèses sur la manière dont les twittos vivent la ville.  

Premiers constats

C’est lumineux, on twitte sur les lieux de rencontres, de passage et sur les axes de transport.
La gare, la victoire, le vieux Bordeaux, le « triangle d’or », l’aéroport apparaissent nettement sur la carte.
A ces grands lieux publics s’ajoutent les tracés du tram le long des quais (ligne C), de Mérignac à la rive droite (ligne A) et du campus au lac (ligne A).
On retrouve également les centres commerciaux, les lieux de sorties, les places (Parlement, Saint Pierre, Victoire…) et les salles de concerts (Iboat, Barbey, Palmer). Des salles comme le Pin Galant sont par contre bien moins représentées sur la carte soulignant le lien fort entre lieu, usage et âge.

Un révélateur de mobilité

La cartographie offre une vue impressionnante du tracé des voies du Tram. Et par la concentration de personnes en attente des trams, une très forte densité de tweets matérialise la plupart des arrêts du réseau. C’est flagrant sur la ligne B entre le campus et la victoire, mais vrai sur toute les lignes.

La forte utilisation des tweets sur le tram ne se retrouve pas sur les voies de bus. L’effet de nombre explique certainement cela, mais les très gros arrêts de bus, regroupant plusieurs lignes, donc augmentant la densité d’usagers, sont très loin des densités de tweets des arrêts de tram. De là, à voir une corrélation entre niveau d’usage et type de transport public…

L’usage du tweet n’est pas réservé à l’usager des transports en commun. L’automobiliste est tout aussi concerné. On espère qu’il s’agisse des passagers et non des conducteurs mais la carte montre une forte utilisation de tweets en zone de circulation dense :

  • l'entrée dans Bordeaux sur l'A10
  • l’axe Bordeaux-Lacanau à la l’entrée/sortie de Bordeaux ; l’axe Bordeaux-Arcachon est lui très peu marqué par les tweets. Axe plus fluide ? Public différent ?
  • les boulevards bien plus que la rocade. Pourquoi  ? Conscience d'un moindre risque sur les boulevards, avec ses feux, que sur la rocade ?

Touriste connecté

L’arrivée des bateaux de croisière sur la Garonne se suit comme un twitto sur l’eau. Avant le pont d’Aquitaine, rien. Ça démarre au passage sous le pont, s’intensifie au passage du pont Chaban en gardant un rythme de croisière élevé sur la remontée du port de la Lune.

Plus surprenante la cartographie des hôtels on trouvera.
Les hôtels proposent massivement du wifi (gratuit) aujourd’hui. La question est de savoir si ce service favorise l’usage (ici Twitter) comme pourrait le montrer la forte densité de tweets dans les hôtels de l’agglomération comme le montrent le Mercure Meriadeck, celui des Chartrons, l’Ibis de l’aéroport ou de la gare. Résultats assez logiques pour des grandes enseignes situées dans des lieux clés de la ville. Mais ces résultats se retrouvent également sur bon nombre d’hôtels situés dans des lieux nettement moins centraux : le Victoria Garden Appart Hotel du Cours de la Somme, l’Hôtel 1ère Classe de Lormont ou l’All Suites Appart Hôtel Bordeaux Lac rue du Professeur Georges Jeanneney qui doit être une base secrète de Twitter à Bordeaux tant la concentration de tweets est forte sur cet hôtel !

Enfin dernier détail amusant, en zoomant sur l’Ibis de la Gare, la densité de tweets se retrouve en fait sur deux zones, l’hôtel, mais aussi sur le parking face à l’hôtel, lieu de rencontres tarifées peut être par l’intermédiation de twitter ???

Un big mac avec des tweets

Mac Do pose à nouveau la question du lien entre service et usages. Lieux connus pour proposer du wifi gratuit depuis longtemps (comme les hôtels), tous les Mac Do de l’agglomération se repèrent facilement sur la carte, souvent îlot de tweets au milieu du désert. Les utilisateurs de Twitter sont ils des fans de happy meal ? Le fait de proposer du wifi gratuit attire-t-il les twittos et technophiles ? Où le fait de proposer ce service entraîne-t-il un développement des usages avancés (dont Twitter) de la part des fidèles des lieux  ?

Trois exemples :

Qui tweete ?

Nous l’avons vu, les lieux de présence et passage des jeunes sont des lieux à forte densité de tweeters.
Comme souvent dans les usages des technos, les touristes suivent les jeunes, comme nous l’avons aussi vu.

Il faut bien sur compléter cet inventaire par les lieux rassemblant les geeks et technophiles comme Le Node ou Epitech.

Enfin, est-ce une surprise ou non, la carte révèle la présence de foyers dense de tweets sur des « immeubles de banlieue » comme à la Cité Le Dorat à Bègles, les Ardillos à Mérignac ou à Cenon ou Floirac.

Vie privée

Enfin, touchons du doigt les limites de la vie privée impactée par la géolocalisation de nos vies numériques. Les points, à forte densité de tweets de cette carte, sont surtout liés à la présence d’un nombre important d’utilisateurs sur une zone donnée (arrêt de tram, Mac Do…). C’est une autre histoire pour les serial twitters qui par la densité de tweets émis par une seule personne depuis un lieu unique (chez eux) permet de repérer leur antre secrète avec une précision diabolique. Illustration avec la madone des blogs culinaires, Anne Lataillade (Papilles et Pupilles) dont le petit pois vert perce sur la carte.

Contact

La cartographie complète

Comment Stream