Comment rater son Environnement d'Apprentissage personnel ?

Les cinq pièges d'un EAP

L'objectif de ce billet est de décliner les attitudes qui risquent d'affecter la qualité de votre Environnement d'Apprentissage Personnel (EAP pour les avertis). Il est en effet facile de construire un édifice bancal, chronophage et inefficace. Voyons donc les cinq pièges : des objectifs imprécis, des ressources uniquement numériques, la non-capitalisation des informations, le refus de publier et l'obsolescence de votre EAP. 

Avancer au radar

On vous rabâche dans ITyPA que tout bon apprenant commence par lister ses objectifs d'apprentissage. Vous l'avez sûrement fait. Mais l'avez-vous bien fait ? J'entends encore le raisonnement d'un formateur : "bah, puisque je suis formateur, mon objectif va être d'en apprendre plus sur la formation". Moyen... Peut mieux faire.

Les objectifs doivent être précis. On peut par exemple se dire qu'on aimerait savoir ce que propose les autres organismes de formation, histoire de piocher quelques bonnes idées pour sa propre entreprise (veille concurrentielle). Autre piste, l'apprenant pourrait veiller sur les dispositifs mis en place par l’État ou les collectivités territoriales pour favoriser la formation des demandeurs d'emploi ou des actifs (veille juridique).

Plus généralement posez-vous la question : dans ma vie professionnelle ou personnelle, à quel moment je me suis trouvé en difficulté ? N'aurais-je pas besoin d'en apprendre un peu plus pour sortir de ces moments déplaisants ? Dans quelle tâche je me sens mal à l'aise ou encore perfectible ? Rappelez-vous la dernière fois où votre patron, votre client, vos amis vous ont pris en flagrant délit d'incompétence ou d'inculture. Il y a peut-être à creuser de ce côté-là.

Par exemple, imaginons que vous teniez un blog. Vous pouvez utiliser votre EAP pour repérer les astuces qui permettront d'augmenter l'audience de votre site ou apprendre à rendre vos articles plus intéressants à lire. Ça, ce sont de vrais objectifs.

En résumé, avancez avec plusieurs boussoles, chacune indiquant une direction précise.

Construire un EAP 100% pur numérique

Avouez que c’est tentant : une formation en ligne (ITyPA), des liens vers des ressources du web, une communauté de MOOCeurs présents sur les réseaux sociaux virtuels, des outils 2.0 magiques. Dans ces circonstances, comment décrocher de son ordinateur, de sa tablette ou de son smartphone ? L’EAP se transforme facilement en ENAP (Environnement numérique d’apprentissage personnel).

Non pas que ce soit un gros problème. Je ne vais pas pas me lancer dans un discours moralisateur du genre, « les écrans vous abîment les yeux » ou « la vie réelle, c’est mieux ». Je me placerai plutôt dans l’optique : apprendre par les canaux numériques est-il toujours efficace ?

A mes yeux, le papier a encore sa légitimité. Incluez dans votre EAP des magazines ou des livres. Pourquoi ? Parce que sur le web, l’information est souvent éparpillée sur différents sites alors que le livre peut rassembler en un bloc ces informations et constituer une bonne synthèse. De plus, la question de la crédibilité de l’auteur est plus facile à estimer. Les éditeurs papier publient en général des personnes reconnues alors que sur les blogs, il n’est pas toujours facile de faire la différence entre l’amateur peu éclairé et l’expert.

Vous allez me répliquer, les livres et revues, ça coûte cher tandis qu’Internet… Avez-vous pensé à votre bibliothèque ? Pas celle de votre salon mais celle de votre ville. En général, pour un abonnement annuel de 10-20 €, on peut emprunter parmi des milliers de documents. Un véritable trésor où apprendre. Et si vous faisiez un tour sur le site web de votre bibliothèque pour voir ce qu’elles ont dans le ventre ?

Butiner sans retourner à la ruche

Vous lisez des articles, regardez des vidéos, attrapez une bonne idée sur les réseaux sociaux, puis vous refermez votre ordinateur, content des nouvelles informations que vous avez rencontrées au cours de votre navigation. Mais, le lendemain, la semaine prochaine, le mois suivant, vous avez tout oublié. L’information s’est envolée. Dommage, vous qui vouliez justement apprendre.

Après avoir butiné dans les champs du web, n’oubliez pas de ramener le nectar à la ruche. Justement, quelle pourrait-être cette ruche ? Pour certains, ce sera le navigateur dans lequel ils enregistreront en favoris les sites intéressants. C’est le niveau 1.0 de la collecte d’information. D’autres utiliseront des outils de gestion de signets comme Diigo ou Pearltrees ou des services de capture de notes comme Evernote. Je les pratique aussi mais ils ne suffisent pas à mes yeux. Ce sont des coffres au trésor. On y collecte seulement ses pépites. L’information y est emmagasinée mais sans réflexion, sans maturation intellectuelle. Selon moi, le butinage 3.0 s’appelle la mind-map.

Dans cette troisième saison d'ITyPA, le formateur Marco Bertolini a promu ce système visuel d’organisation de la pensée. Une mind-map (ou carte heuristique ou carte mentale) permet notamment de rassembler en un document des informations éparses. Un document intelligible par les liaisons entre les éléments.

Personnellement, j’ai de nombreuses mind-mind que je préfère appeler carte de capitalisation. J'en ai une par objectif (les fameux objectifs de l’EAP vus plus haut). Dès que je lis une information intéressante pour la réalisation d’un de mes objectifs, je l’ajoute à la mind-map correspondante. J’ajoute éventuellement dans la carte un lien vers la ressource originale (les logiciels de mind-mapping permettent cela). Au fil de mes butinages, la carte s’étoffe, des relations apparaissent entre des éléments, des regroupements s’opèrent, de nouvelles idées surgissent.

Mes mind-maps, ce sont donc mes ruches. Au bout de quelques mois d’alimentation régulière par mes lectures, en réorganisant de temps en temps les branches, le miracle se produit : mes mind-maps donnent du miel. Devenez une bonne abeille à votre tour.

Contempler son EAP

C'est souvent à la dernière étape de l'EAP qu'on bloque. Dans ITyPA, il est conseillé de publier et partager nos découvertes et nos apprentissages. Étape souvent négligée par manque de temps, par peur (est-ce que je dis va être intéressant ?) ou par insuffisance de compétences techniques.

Publier n'est pourtant pas une perte de temps puisque, ainsi, vous apprenez, plus exactement vous structurez et révisez vos connaissances. Quant aux insuffisances techniques, les outils deviennent de plus en plus intuitifs à tel point que vous pouvez souvent vous passer de tutoriel. Ce que vous allez dire sera-t-il intéressant ? Peut-être pas. Et alors ? Par contre, imaginez l'inverse. Si des gens apprécient ce que vous dîtes, vous êtes partis pour engager des conversations puissantes avec les autres Internautes, comme le disait le technopédagogue Jacques Cool.

Donc produisez ! Pas besoin de se lancer dans un grand projet tel un blog, une page Facebook, ou une chaîne YouTube. Pensez d'abord petit. La montagne est moins effrayante. Voici une liste non exhaustive de toutes les formes de production possible à l'heure du web 2.0 :

  • une infographie
  • la création ou l'enrichissement d'un article wikipedia
  • Une présentation Power Point ou Prezi
  • Un message dans un forum
  • un dessin
  • un article (c'est le cas de ce billet volant réalisé sur Tackk)
  • un portfolio sur Pinterest
  • Une vidéo (d'1 ou 2 mn). Des outils comme Powtoon ou Explee permettent d'en créer sans avoir besoin de filmer.
  • Une carte interactive avec Google My maps
  • une mind-map
  • une image interactive avec Thinglink (j'adore)
  • Un tutoriel
  • Un commentaire sur un blog
  • un tweet

Bref just do it

Oublier la révision de votre véhicule

Vos objectifs sont définis ; vos outils tant numériques que physiques sont en place, les informations sont collectées et traitées. Bref, votre EAP tourne. Un danger guette cependant : les risques de grippage et d’obsolescence. Au bout de quelque temps, votre EAP pourrait avoir besoin d’un retour au garage pour conserver toute son efficacité.

Êtes-vous content de vos outils ? Certains sont peut-être à changer. Votre page Netvibes compte des flux RSS qui ne sont plus alimentés ? Un nettoyage s’impose. Vous êtes abonnés à un scoop.it ? Vérifiez sur les 20 derniers articles proposés combien vous ont semblé pertinents quant à vos problématiques et jugez si vous devez encore suivre ce scoop.it. Relisez aussi vos mind-maps de capitalisation. Voyez-vous des sujets sur lesquels vous avez peu appris. Il serait peut-être bon de réviser vos mots-clés afin de couvrir ces angles morts.

Ces tâches de révision vous ennuient ? Deux solutions : soit vous incluez l’amélioration de votre EAP dans vos objectifs initiaux et faites donc de la veille sur le sujet. Soit vous vous inscrivez à la prochaine saison d’ITyPA… A bientôt.

Laurent Ridel

@njarvik

Inscrit sur ITyPA 3

Comment Stream

2 years ago
0

Bonjour,
Bravo pour la forme et le fond.

Sur la forme
Je ne connaissais pas Tackk (mais il y a plein d'outils que je connais pas). C'est intéressant, pour la mise en page, l'insertion d'illustrations. Le résultat est agréable. C'est un point important qui va concourir à fidéliser des lecteurs.

Sur le fond
Je retrouve ici quelques thèmes auxquels je tiens. Vous avez pleinement raison un EAP doit comporter à la fois numérique et papier. A des pourcentages différents selon les sujets, selon les projets. Se contenter d'un seul des deux, c'est se priver de multiples sources de connaissances.

2 years ago
0

Merci Michel et @Bolinas. Tackk est agréable à utiliser et le résultat est esthétique (tout en étant personnalisable). Mon rêve : un site Internet uniquement basé sur Tackk. Pour l'instant, les articles sur Tackk sont comme des feuilles volantes.