Entretien à un médecin à Kirkuk

Entretien à un médecin sur les conditions de vie des déplacées à Kirkuk (IraK)

Nous nous trouvons à Kirkuk avec Pierre qui est médecin appartenant à Médecins sans Frontières et qui travaille en Iraq depuis 1 an.

Bonjour Pierre, combien de personnes sont déplacées à Kirkuk actuellement ?

La ville accueille 180.000 personnes qui ont fui la violence, mais ce nombre augmente tous les jours avec de nouveaux réfugiés. Regardez, il est 5 heures du matin et de nouveaux réfugiés sont en train d’entrer dans l’enceinte du camps !

Quel sont les conditions de vie de ces déplacées ?

Beaucoup d'entre eux vivent entassés dans des refuges sans aucune condition et ils souffrent de plusieurs maladies à cause du manque d'eau et de nourriture, comme des infections urinaires et respiratoires, des maladies de la peau et d'anémie.

Combien d'organisations internationales travaillent actuellement dans cette zone frontalière ?

Dans l'actualité, Médecins sans Frontières est l'unique organisation médicale internationale qui donne des soins médicaux dans cette zone. C'est pour cette raison que nous faisons appel à toutes les organisations internationales d'aide humanitaire pour qu'elles viennent en aide aux réfugiés.

Il est encore possible de travailler sans risque dans cette zone ?

Oui, les organisations internationales peuvent encore travailler dans la ville en dépit des difficultés que la sécurité entraîne.

Combien de personnes ont quitté leur foyer ?

On peut dire que plus de 2 millions de personnes ont abandonné leurs maisons en Iraq à cause du conflit armé en 2014. Beaucoup d'iraquiens restent dans les zones directement affectées par la violence sans aide humanitaire. Cependant, ceux qui réussissent à arriver dans des zones plus sûres aussi se trouvent face au manque d'attention et seulement les autorités locales et les communautés qui les accueillent sont celles qui s'efforcent de répondre à l'urgence humanitaire . Jusqu'à maintenant l'aide internationale a été concentrée dans le Kurdistan iraquien où ont été créés divers camps pour les réfugiés. Mais il faut faire de même dans les autres zones sûres comme KirKuk.

Merci pour votre information, Pierre.

Non ! Merci à vous pour diffuser les problèmes contre lesquels il faut agir d'urgence.

Paloma