Le mariage et la sexualité dans les différente religions

Toutes les religions ont une conception différente du mariage et des rapports sexuelles. Pour ce qui est du mariage, toutes les religions le pratique différemment mais au finale, le mariage reste l'union d'un homme et d'une femme. Tant qu'à eux, les relations sexuelles, sont tous pratiquer de la même manière, mais certaines religions refusent certains actes sexuelles. D'autres religions, par contre,  recommande ses actes sexuelles.

Le Judaïsme

La sexualité: est considérée dans le judaïsme comme l’un des besoins naturels fondamentaux, permettant la perpétuation de l’espèce1 et les bonnes relations conjugales. Elle est, comme l’ensemble des besoins naturels, réglementée afin d’être réalisée dans la sainteté. La Torah en codifie la pratique à partir des critères de pureté et d’impureté (en particulier menstruelle) et interdit nombre de pratiques sexuelles jugées incestueuses ou contre nature.

Le mariage: alliance de deux personnes de sexe différent dans le but de former une famille, est fortement réglementé par la religion judaïque ; tant dans les pratiques rituelles que dans le vécu des individus. Pour le judaïsme, le mariage est un acte religieux de sanctification et d'élévation. Devant l'Éternel et la communauté d'Israël, un homme et une femme acceptent de vivre ensemble dans l'amour et le respect mutuel, et de transmettre à leur descendance les valeurs traditionnelles. Le couple est alors comparé à un autel de sainteté. Le mariage juif orthodoxe est célébré selon de nombreuses coutumes et lois qui ont pour but de faire transparaître toute sa signification spirituelle et matérielle. Tous ces rites expriment à l'aide de gestes, de symboliques et de versets, le sens profond de l'union d'un homme et d'une femme, y compris l'établissement d'un certain nombre d'obligations qui se créent automatiquement entre les époux. Ces obligations relèvent notamment de la pratique religieuse, des obligations morales et des obligations pour l'homme de protéger sa femme. Selon la loi juive, trois devoirs incombent au mari : nourrir et vêtir sa femme, et la satisfaire au niveau des rapports conjugaux.

Le christianisme

La sexualité: Contrairement aux idées reçues, l'on peut noter que la Bible parle de manière très positive de la sexualité. L'apôtre Paul par exemple, encourage les couples mariés à ne pas se priver de relations sexuelles (1 Corinthiens ch.7 v. 5). Toujours dans la Bible, le Cantique des cantiques est tout entier conçu comme un hymne à l'amour, où l'un et l'autre dans le couple est invité à prendre plaisir dans la vue, le toucher, l'odeur du corps de l'autre. Dans le livre des proverbes, nous sommes là encore conviés à nous réjouir et à jouir de la sexualité…

Le mariage: dans la tradition chrétienne est l'alliance d'un homme et d'une femme, dans le but de former une famille. La religion chrétienne réglemente fortement cette institution, aussi bien dans les pratiques rituelles que dans le vécu au niveau des individus. De ce fait, de fortes traditions existent aujourd'hui dans les aires culturelles où les Églises de cette religion ont étendu leur influence.

L'islam

La sexualité: Pour l'islam, la sexualité et tout ce qui y a trait font partie de la nature humaine, et il n'y a pas de tabou qui y serait lié. L'instinct sexuel ne doit donc pas être considéré comme une mauvaise chose en soi. Mais cet instinct ne doit pas non plus être flatté sans cesse. En fait il doit être canalisé. Et c'est avec l'objectif de fournir à l'être humain cette orientation que l'islam lui offre, au sujet de la façon de vivre la sexualité comme au sujet de toute chose, des limites à respecter. L'islam enseigne de plus que parler de choses intimes doit se faire avec dignité et en utilisant un langage plein de pudeur, comme l'a fait Dieu quand il dit dans le Coran : "… ne les approchez pas"(Coran 2/222) et "… avant que tous deux ne se touchent l'un et l'autre" (58/3).

Le mariage: Allah n'a pas voulu que l'homme soit comme les autres créatures, c'est-à-dire laisser ses instincts agir inconsciemment et laisser la relation entre mâle et femelle dans un désordre et sans norme. II a posé le régime convenable qui garantie la souveraineté de l'homme, protège son honneur et préserve sa dignité en faisant du rapport entre l'homme et la femme un rapport précieux basé sur le consentement de cette dernière, sur l'offre et l'acceptation comme deux aspects de ce consentement et sur un témoignage qui annonce que chacun des deux est devenu pour l'autre. Ainsi Allah a placé l'instinct sur son chemin sauf, protégé la progéniture de la perte et préservé la femme de devenir un champ commun à n'importe qui. II a précisé également le noyau de la famille que l'instinct de la maternité et l'affection de la paternité entourent de prévenances. Les fruits de cette famille viennent alors bons et respectueux. C'est le régime qu'Allah a choisi et que l'Islam a réservé en annulant tout autre régime.

L'hindouisme

La sexualité: dans l’hindouisme, la sexualité entre un homme et une femme dans le cadre du mariage est un devoir. Le désir sexuel, le kama, est un des buts de l’existence, il fait partie du dharma, de la loi de l’univers, et est donc perçu positivement. Toutefois l’idéal religieux hindou vise à sortir du dharma, à échapper au cycle des réincarnations, et donc à la sexualité.

Le mariage: dans la tradition hindoue est à la fois l’union d’un homme et d’une femme, dans le but de former une famille, et l’alliance entre deux familles. Comme dans de nombreuses religions, l’hindouisme réglemente cette institution, aussi bien dans les pratiques rituelles que dans le vécu des individus. Il constitue une cérémonie religieuse majeure qui dure une journée et parfois plusieurs jours selon les régions. Ainsi, les coutumes diffèrent selon les castes, les régions et les pays. Le Vivaha est le mariage dans l'hindouisme et sur le sous-continent indien. Il fait partie des rites de passage de la vie: un des samskaras ; il en est même un des principaux. Cette cérémonie est remplie de symboles dès les fiançailles et après le mariage, comme les sept pas à faire par le couple pour trouver le bonheur et la prospérité, ou la méditation sur le soleil. La vie d'humain au foyer est dans la logique religieuse de l'hindouisme qui veut pourtant que tout individu atteigne l'éveil: le moksha, en suivant les ashramas. Les termes de anuloma et pratiloma sont utilisés lorsque respectivement lorsque la femme est d'une caste inférieure à son époux, ou l'inverse. Des rites autour du feu sont bien sûr de mise pour cette fête sacrée.

Le bouddhisme

La sexualité: toute activité sexuelle est fortement déconseillée, voire interdite, aux moines et aux nonnes, et autorisée pour le commun des gens. Bien que non obligatoire le célibat est vu comme un bon état, s’il n’est pas imposé par une répression externe ou par déni du désir. Le sexe envisagé par le Bouddha et ses disciples est principalement dans le cadre du mariage et uniquement dans un but de procréation. Le désir sexuel d'un être humain ne pourra jamais, au bout du compte, être satisfait au moyen de l'activité sexuelle.

Le mariage: dans le bouddhisme, le mariage n'est pas considéré comme un sacrement, ni même comme un contrat légal. Le mariage est une relation humaine, entre un homme et une femme, qui vivent ensemble. S'ils le souhaitent, pour annoncer leur décision de vivre ensemble, ils peuvent organiser une petite fête, mais aucune cérémonie de mariage n'existe réellement. Le mariage est reconnu dans le sens où le couple sera considéré comme mari et femme, mais la femme gardera son nom. La séparation est tout à fait possible mais elle est mal perçue. Il est également possible pour un bouddhiste d'épouser quelqu'un d'une autre confession religieuse. Il est possible d'aller au Temple pour recevoir des moines une bénédiction.

L'Animisme

La sexualité: les relations sexuelles sont encouragée jeune. les relations précoces ne sont pas interdites, car les amérindiens dans ce domaine excluent toute notion de faute ou de péché.

La mariage: l’égalité entre les hommes et les femmes. Le choix des partenaires est libre. Transmission du nom par la mère. Possible qu’il y ait plusieurs père. Pour manifester son intérêt à une jeune fille, un jeune homme suit celle-ci à la trace pendant des jours, sans lui parler. Si elle est intéressée, la jeune fille avertit ses parents. Si les parents considèrent le garçon comme un bon parti, le père de la jeune fille offre un cheval au père du garçon. Si tous sont d’accord, le jeune homme s’assoit à côté de la jeune fille dans un nouveau tipi construit par la famille de celle-ci. Dans le tipi, la jeune fille... offre au garçon une paire de mocassins. S’il les accepte, le mariage est conclu. Selon les tribus amérindiennes, les coutumes varient et les cérémonies de mariage aussi mais les usages sont liés par des prémices communes : Thème du Grand Esprit et de la Terre, musique rythmant la cérémonie qui provient essentiellement de tambours. La mariée est généralement vêtue d’une longue robe décorée de garnitures de perles et de franges. Les couleurs de la robe exposent souvent l’Est, le Sud, l’Ouest et le Nord.

Points négatifs

1. Le Judaïsme: Selon la loi juive, trois devoirs incombent au mari : nourrir et vêtir sa femme, et la satisfaire au niveau des rapports conjugaux.

2. L'Islam: La polygamie ou la polyandrie sont autorisés.

3. L'Islam: Le désir sexuelle doit être canalisé. C'est avec l'objectif de fournir à l'être humain cette orientation que l'islam lui offre, la façon de vivre la sexualité comme au sujet de toute chose, des limites à respecter.

Points Positifs

1. Le Judaïsme: La Torah codifie la pratique des relations sexuelles à partir des critères de pureté et d’impureté (en particulier menstruelle) et interdit le nombre de pratiques sexuelles jugées incestueuses ou contre nature.

2. Le Christianisme: Dans la Bible, le Cantique des cantiques est tout entier conçu comme un hymne à l'amour, où l'un et l'autre dans le couple est invité à prendre plaisir dans la vue, le toucher, l'odeur du corps de l'autre.

3. L'Animisme: les relations sexuelles sont encouragée jeune. les relations précoces ne sont pas interdites, car les amérindiens dans ce domaine excluent toute notion de faute ou de péché.

4. Le Bouddhisme: Le mariage n’est pas considérée comme un contrat légale, il ne peux donc pas avoir de personnes qui profite de la richesse d’un autre.

Conclusion

En bref, pour ce qui est du mariage dans chaque religion il y a des bons points et des mauvais points. Selon nous l'un des principale mauvais points et l'acceptation de la  polygamie dans l'Islam. Le mariage pourrait devenir quelque chose d'encore mieux si l'on mélangerais tout les bons points de chaque religion. Nous croyons que le mariage juif devrait moins reposer sur l'homme et donner plus de responsabilité à la femme. La femme juive est, selon nous, capable de se vêtir et nourrir elle même sans avoir toujours besoin de sont mari.

Comment Stream