REPÈRE 3:   L'activiste féministe Feminista Jones et les réseaux sociaux (Twitter)

Par Lan Dao

A. Présentation de mon repère (Thinglink)

B. Quels messages mon repère véhicule-t-il face à la culture du viol?

#RapeCultureIsWhen: la culture du viol, mythe ou réalité?

#YouOKSis: la naissance d'un mouvement

Souvent, lorsque nous entendons le mot «viol», nous imaginons un étranger tapi dans la nuit qui attaque les femmes seules. Seulement, cela n'est pas vrai, puisqu'une agression sexuelle peut revêtir plusieurs formes, dont le harcèlement sexuel. C'est pourquoi le «hashtag» #YouOKSis, créé en août 2014 et signifiant littéralement «Ça va, soeurette?» est si pertinent lorsqu'il s'agit de culture du viol. Selon storify.com, Feminista Jones, l'auteure dudit «hashtag» et elle-même résidente de New York City, l'a créé afin de sensibiliser les gens au harcèlement sexuel dans les lieux publics vécu quotidiennement par une grande partie des femmes (en 2014, 65% des femmes auraient été victimes de harcèlement sexuel dans les rues selon stopstreetharassment.org) en plus de dénoncer la culture du viol, qu'elle trouve inacceptable. Dans une première série de tweets contenant le «hashtag» #YouOKSis, Feminista Jones a expliqué ce qui, selon elle, permettait le harcèlement sexuel: la culture du viol, qui permet l'objectification des femmes et le fait qu'on les considère comme étant de la «propriété publique» (autrement dit, que beaucoup d'hommes sentent qu'ils aient le droit non seulement d'utiliser le corps des femmes, même dans les lieux publics, pour leur propre plaisir). Par la suite, plusieurs des 40 000 «followers» de la féministe, hommes ou femmes, ont été inspirés par #YouOKSis et on utilisé le «hashtag» pour faire connaître leurs propres expériences et/ou opinions concernant le harcèlement sexuel. Ainsi, grâce à plusieurs milliers de tweets contenant #YouOKSis dont une partie peut être retrouvée sur le site www.hashtagfeminism.com, l'existence de la culture du viol sous la forme de harcèlement sexuel, une réalité souvent normalisée, a pu être dénoncée au grand public.

Bref, le «hashtag» #YouOKSis, qui a permis à plusieurs centaines de personnes de faire entendre leur voix concernant le harcèlement sexuel dans les lieux publics, a également   engendré un dialogue afin de déterminer ses causes et les structures de la société qui permettent l'existence d'un tel phénomène (par exemple, l'objectification sexuelle des  femmes, qui est directement liée à la culture du viol) et a généré un mouvement à l'échelle nationale visant à faire connaître une manifestation plus discrète mais non moins sournoise de ce phénomène social et culturel. La preuve? Selon keyhole.co, entre le 15 et le 22 mars 2015, les tweets contenant le «hashtag» #YouOKSis auraient été vus plus de 700 000 fois. Ce mouvement a également eu des répercussions chez les jeunes au Québec. En effet, le Collectif Opposé Au Sexisme à l'UQAM, formé par des jeunes adultes, a récemment créé un «hashtag» dénonçant la culture du viol intitulé #ÉcoleDuSexisme en raison du manque d'action de l'université suivant les accusations de harcèlement sexuel perpétré sur des étudiantes par trois professeurs. Serait-il inspiré par #YouOKSis à l'instar du «hashtag» #AgressionNonDénoncée, qui a été inspiré par #BeenRapedNeverReported (entourant l'affaire Gomeshi)? Les réseaux sociaux, un outil de taille pour faire connaître la culture du viol aux adolescents?

Comment Stream