Les élections départementales en Isère

Les élections départementales auront lieu des 22 et 29 mars prochain dans toute la France. Des élections méconnues et souvent peu mobilisatrices, qui ont été modifiées en profondeur suite à la réforme territoriale. Le nom même de ces élections, autrefois appelées élections cantonales, a changé et les électeurs vont avoir à voter pour un binôme par canton, composé à chaque fois d'un homme et d'une femme. Les élus composeront ensuite le Conseil général du département.

En Isère, ces élections auront une importance particulière puisque de nombreux partis peuvent avoir des ambitions. Actuellement, le Conseil générale de l'Isère est dominé par une majorité de gauche.

Département à la physionomie électorale si particulière, l'Isère pourrait être conservée par les socialistes qui en feraient un symbole de leur capacité à mobiliser leur électorat malgré la faible popularité du pouvoir exécutif.

Mais la victoire des Ecologistes à Grenoble a bien entendu modifié la donne, et EELV qui a renouvelé le rassemblement avec le Parti de Gauche et un grand nombre d'associations citoyennes qui avait permis à Eric Piolle d'être élu maire de la capitale des Alpes ne cache pas son appétit. Nadine Reux, la secrétaire départementale du parti écologiste, affirme ainsi "Nous sommes prêts à prendre les manettes".

A droite, l'UMP espère bien entendu profiter des divisions chez leurs adversaires pour faire basculer le département et s'est allié à l'UDI pour y parvenir. "Depuis 14 ans en Isère on a un drapeau tricolore, rose rouge et vert" avance ainsi Jean-Claude Peyrin, le chef de l'UMP 38. Au FN, la conseillère municipale de Grenoble et députée européenne Mireille d'Ornano aura pour but, comme les autres membres de son parti à l'échelle nationale, de montrer que les frontistes sont désormais l'une des forces politiques les plus importantes du pays.

Voici les différents leaders départementaux des quatre grands partis de gouvernement :

Les équipes sortantes vont en outre devoir mener une campagne particulière, qui réduira leurs chances de réélection puisque le nombre de cantons a été divisé par deux en Isère suite à la réforme territoriale, passant de 58 à 29.

<div data-startingposition="50" data-showlabels="true" data-showcredits="true" data-animate="true" data-mode="horizontal"><img src="https://www.flickr.com/photos/130867175@N07/16416934126/in/photostream/" data-label="Avant 2015, 58 cantons" data-credit=""><img src="https://www.flickr.com/photos/130867175@N07/16256666089/" data-label="Après 2015, 29 cantons" data-credit=""></div>