La grotte de Choranche, ou comment conserver un univers souterrain unique avec modernité

Découverte en 1871, la grotte de Choranche (Isère), située en plein cœur du parc naturel régional du Vercors, est célèbre pour ses milliers de stalactites de calcaire. La plupart de ces "fistuleuses", formées il y a des millions d'années, peuvent atteindre 3 mètres de long, un phénomène unique en Europe. Ces dernières années, la grotte s'est modernisée, en mettant en place un spectacle "son et lumière" et un programme de sauvegarde d'un amphibien préhistorique, le protée.

La grotte de Choranche est accessible via l'A 49 (Grenoble Valence), en prenant la direction de Villard-de-Lans

Si plusieurs galeries sont ouvertes au public, la grotte de Choranche présente encore bien des mystères, puisque certaines zones n'ont pas encore été découvertes. C'est précisément le rôle des spéléologues, qui connaissent déjà une trentaine de kilomètres de galeries. Alain, 38 ans, est l'un de ces privilégiés : "J'ai la chance d'arpenter des coins que personnes ne connaît. Partir à l'aventure en équipe, c'est une sensation incroyable. On est seuls, dans le silence et l'immensité des lieux. Mais on est toujours bien préparés, il ne s'agit pas de se blesser, ni d'abîmer ces espaces naturels". Lors des visites, chaque voûte, roche ou rivière est sublimée par un dispositif lumineux spécial, pour que le public apprécie chaque détail. Seule condition pour préserver cet environnement naturel : l'utilisation du flash pour prendre des photos est bien évidemment interdite.

Un spectacle son et lumière dans l'ère du temps

Après une cinquantaine de minutes de visite, les curieux se dirigent vers la galerie Serpentine, dernier lieu du périple souterrain. L'équipe chargée de la préservation de la grotte a mis en place, en collaboration avec la société de communication "Renard Bleu", un spectacle son et lumière dans cette imposante salle, haute de 25 mètres. Un procédé de plus en plus utilisé pour mettre en valeur des monuments, comme sur la Place Stanislas à Nancy ou lors de la Fête des Lumières à Lyon. Mais les dix minutes de projection sur les roches de la galerie Serpentine paraissent bien longues, tant les formes colorées se succèdent sans réelle logique.

Le protée, vitrine de la grotte grâce à un programme scientifique

Amphibien rampant capable de se métamorphoser en Dragon dans la mythologie grecque, le protée est l'une des espèces les plus anciennes au monde. Il ne se trouve que dans les grottes slovènes...et dans les aquariums de Choranche, dans le cadre d'un programme de sauvegarde de l’espèce. Une aubaine pour les visiteurs qui ne se lassent pas de découvrir ce petit amphibien, aussi appelé "salamandre blanche". La dizaine de protées ont tous été élevés dans le laboratoire du CNRS de Moulins (Ariège). Vahé Ter Minassian y consacrait d'ailleurs un article sur le site de Libération.

Une fois par mois, la direction de la grotte organise des sorties photos, sur inscription. Durant trois heures, amateurs et photographes professionnels bénéficient d'un jeu de lumière spécifique. Surtout, depuis 2013, Laurent Garnier, gérant de la grotte, coordonne un concours pour récompenser les meilleurs clichés. Choranche est décidément dans l'ère du temps.