L’Anneau du Nibelung est la tétralogie de Wagner, un opéra en un prologue et trois jours, ce qui se traduit en réalité par quatre opéras : L’Or du Rhin, La Walkyrie, Siegfried et Le Crépuscule des Dieux.

Les Nibelungen sont des nains des légendes germaniques, les fils du brouillard. Ils possédaient de grandes richesses qu'ils tiraient de leurs mines en dessous des montagnes, là où ils habitaient. Ils avaient pour roi Nibelung. Cette légende récite les exploits du chevalier Siegfried.

Ce dernier est un héros légendaire de la mythologie nordique, personnage central de la saga de Völsung (Völsungasaga) et de la chanson des Nibelungen. C'est lui qui a tué le dragon Fáfnir, ce qui l'a rendu invulnérable. C'est également l'amant de la valkyrie Brünhild qu'il est le seul à avoir battu au combat. Mais Siegfried est victime de la malédiction de l'anneau des Niebelungen, peuple gardien et possesseur de ce trésor. Il ne tient pas compte des avertissements des fantômes et prend l'anneau, pièce maîtresse du trésor des Niebelungen. L'anneau attire les convoitises et il venge son père des rois jumeaux saxons.

Comment analyser une oeuvre musicale ou un extrait sonore ?

  • Le tempo et le rythme : Quelle est la vitesse (tempo) de la musique ? Cette vitesse change-t-elle (accellerando, rallentando) ?
    La musique est-elle très rythmée (pulsée) ou plutôt « lisse » ? Y a-t-il un rythme qui revient sans cesse (ostinato) ?
  • La formation et les instruments : Quels instruments jouent ? A quel moment interviennent-ils ? Comment sonnent ces instruments (pizzicato, vibrato…) ?
  • La voix : Quel est le registre (grave, aigu / soprano, basse,ténor…) ?
    Est-elle parlée ou chantée ? Comment sonne cette voix (très vibrée, cassée, criée, roque, douce, détimbrée, puissante, mélodieuse…) ?
  • L’intensité et la dynamique (le volume du son) : Quel est le volume (intensité) du son ? Ce volume change-t-il (crescendo, diminuendo…) ?
    Certaines notes sont-elles accentuées ?
  • L’impression produite : Quel est le « caractère » de la musique (très agitée, très calme, très joyeuse…) ? A quoi vous fait penser cette musique ?
  • La forme et la structure : Comment s’organise le morceau de musique et quelles sont les différentes parties du morceau (introduction, coda, exposition du thème, transition, couplet,refrain, pont…) ?
    Est-ce une forme connue (« couplet-refrain » ou « rondo », ABA, strophique…)

Les QR codes (« Quick Response » codes) ont été inventés au Japon en 1994. Ce sont des codes à deux dimensions contenant des informations qui, grâce à un lecteur de QR codes, peuvent être décodées avec une tablette, un smartphone, un téléphone mobile équipé d’un appareil photo ou une simple webcam. Les informations contenues dans un QR code peuvent être de différents types, par exemple un lien internet, du texte, une vidéo, l’envoi d’un email ou encore l’envoi d’un SMS.

Armstrong, je ne suis pas noir,
Je suis blanc de peau
Quand on veut chanter l'espoir,
Quel manque de pot
Oui, j'ai beau voir le ciel, l'oiseau,
Rien, rien, rien ne luit là haut
Les anges... zéro
Je suis blanc de peau

Armstrong, tu te fends la poire
On voit toutes tes dents
Moi, je broie plutôt du noir,
Du noir en dedans
Chante pour moi, Louis, oh ! oui
Chante, chante, chante, ça tient chaud
J'ai froid, oh ! moi
Qui suis blanc de peau


Armstrong, la vie, quelle histoire !
C'est pas très marrant
Qu'on l'écrive blanc sur noir
Ou bien noir sur blanc,
On voit surtout du rouge, du rouge
Sang, sang, sans trêve ni repos
Qu'on soit, ma foi,
Noir ou blanc de peau

Armstrong, un jour, tôt ou tard,
On n'est que des os...
Est ce que les tiens seront noirs ?
Ce serait rigolo
Allez Louis, alléluia !
Au delà de nos oripeaux,
Noir et Blanc
Sont ressemblants

Comme deux gouttes d'eau