Mon Dieu que j'en suis à mon aise

Nadau

Mon Dieu que j’en suis à mon aise
Quand ma mie est auprès de moi
Tout doucement je la regarde
Et je lui dis « embrasse moi »
( bis )

Comment veux tu que je t’embrasse
Tout le monde dit mal de toi
On dit que tu pars pour l’armée
Dans le Piémont servir le roi
( bis )

Quand tu seras dans ces campagnes
Tu n’i penseras plus à moi
Tu penseras aux Italiennes,
Qui sont bien plus belles que moi  
( bis )

Si fait, si fait, si fait ma belle
J’y penserai toujours à toi
Je m’en ferai faire une image
Toute à la semblance de toi ( bis )


Quand je serai à table à boire
A tous mes amis je dirai :
« Chers camarades, venez voir,
Celle que mon cœur a tant aimé. »
( bis )

Je l’ai z’aimée, je l’aime encore,
Je l’aimerai tant que je vivrai,
Je l’aimerai quand j’serai mort,
Si c’est permis aux trépassés ( bis )


Alors j’ai versé tant de larmes
Que trois moulins en ont tourné
Petits ruisseaux, grandes rivières
Pendant trois jours ont débordé  ( bis )

Mon Dieu que j’en suis à mon aise
Quand ma mie est auprès de moi
Tout doucement je la regarde
Et je lui dis « embrasse moi »
( bis )

Aqueros mountanhos
Que tana haut son
M’empresono védere
Mas amors on son

Si canti, jo que canti
Canti pas per jo
Canti per ma mio
Qui ei auprès de jo

Si sabi la véder
Ou la rencontrar
Passeri l’ayguetto
Shens paur de’m negar

Si canti, jo que canti
Canti pas per jo
Canti per ma mio
Qui ei auprès de jo

Aqueros montanhos
Que s’abaisharàn
E mas amouretos
Que pareischeràn

Si canti, jo que canti
Canti pas per jo
Canti per ma mio
Qui ei auprès de jo

----

Se canto, que canto
Canto pas per you
Canto per ma mio
Qu’es al lent de you

Debat ma fenestro
Ya un aousélou
Touto la neî canto
Canto sa cansou

Se canto, que canto
Canto pas per you
Canto per ma mio
Qu’es al lent de you

Aquelos montagnos
Qué tan aoutos sount,
M’empatchon de bésé
Mas amous oun sount

Se canto, que canto
Canto pas per you
Canto per ma mio
Qu’es al lent de you

Baïssas bous mountagnos
Planos aoussas bous
Perque posqui bésé
Mas amous oun sount

Se canto, que canto
Canto pas per you
Canto per ma mio
Qu’es al lent de you

Aquélos mountagnos
Tant s’abacharan
Mas amourettos
Se rapproucharan

Se canto, que canto
Canto pas per you
Canto per ma mio
Qu’es al lent de you

PAROLES EN FRANCAIS

S’il chante, qu’il chante
Chante pas pour moi
Chante pour ma mie
Qui est loin de moi.

Ces fières montagnes
A mes yeux navrés,
Cachent de ma mie
Les trait bien aimés

Dessous ma fenêtre
Y a un oiselet
Toute na nuit chante
Chante sa chanson

Baissez-vous montagnes,
Plaines haussez-vous
Que mes yeux s’en aillent
Où sont mes amours

Les chères montagnes
Tant s’abaisseront
Qu’à la fin ma mie
Mes yeux reverront.

Qu’èri a saunejar d’ua grana tormento Qu’anavi sauvar ua prauba innocento
Qu’èi hicat la man de l’aut part deu lheit Que m’a desvelhat lo vueit

A tots petits drins los bruths que pujavan
Capvath lo planchèr, tot quem’arribavo
Qu’as ubèrt la pòrta  tà sortir lo can
Lo ohred qu’a debut entrar.

Lo diooo Mariooo Que s’a minjat la nueit
Lo diooo Marioo Que’m va tirar deu lheit

Jo ne disi pas tostemps çò qui pensi
Que dèishi sovent parlar lo silenci
Qui dèisha lo temps a tots los chepics
A tots los trebucs petits.

E l’amor a còps l’amor s’arrepausa
A l’ombra de l’ombra doça de las causos Qu’ei juste un moment, qu’ei juste lo temps,
D’estar content dehens.

Lo diooo Mariooo Que s’a minjat la nueit
Lo diooo Marioo Que’m va tirar deu lheit

Qu’enteni las gruas qui se’n van tà França,Que cau jetar lo blat a l’esperança Encuèra un drin, e que’m vau lhevar
E lo puto de mau de rea que’m va tornar...

LE JOUR, MARIE

J’étais à rêver d’une grande tempête, J’allai sauver une pauvre innocente,
J’ai mis la main de l’autre côté du lit,
C’est le vide qui m’a réveillé.

Peu à peu, les bruits montaient,
A travers le plancher, tout m’arrivait,
Tu as ouvert la porte, pour sortir le chien, Le froid a du rentrer.

Le jour, Marie, S’est mangé la nuit,
Le jour, Marie, Va me tirer du lit.

Moi je ne dis pas toujours ce que je pense, Je laisse souvent parler le silence,
Qui laisse le temps à tous les soucis,
A tous les ennuis, petits.

Et l’amour, quelquefois, l’amour se repose, A l’ombre de l’ombre douce des choses, C’est juste un moment, c’est juste le temps, D’être content, dedans.

J’entends les grues qui s’en vont vers la France Il faut jeter le blé à l’espérance, Encore un moment, et je vais me lever,
Et le putain de mal au dos va recommencer...

Per Sent Laurens a Morlana
I avè lua sus los teits
E la hèsta a las platanas
Qu’arrivavi de la nueit

Morlano cantava, Jo qu’èri amorós, Quimèro, encuèra, Lo ser qu’èra tant doç.

Qu’i trobèi ua gojateta,
Asseduda au canton,
Qu’èra drin tròp tristoneta,
Que sortii l’accordeon.

Morlano cantava, Jo qu’èri amorós, Quimèro, encuèra, Lo ser qu’èra tant doç.

Que joguèi ua musiqueta
Qui m’avèn cantat los vielhs,
Que vedói ua esteleta,
Qui se la cadó deus uelhs.

Morlana cantava, Jo qu’èri amorós, Quimèra, encuèra, Lo ser qu’èra tant doç.

Non sèi pas tot de la vita,
Mes que sèi que lo Bon Diu,
Qu’a inventat la musica,
Tà d’aquera larma, aquiu.

Morlano cantava, Jo qu’èri amorós, Quimèro, encuèra, Lo ser qu’èra tant doç.

Adiu, donc, adiu Morlana,
Qu’as la lua sus los teits,
E la hèsta a las platanas,
Que me’n torni tà la nueit.

Morlano cantava, Jo qu’èri amorós, Quimèro, encuèra, Lo ser qu’èra tant doç.


MORLANNE

Pour la Saint Laurent à Morlanne,
Y avait de la lune sur les toits,
Et la fête aux platanes,
J’arrivais de la nuit.

Morlanne chantait, J’étais amoureux, Chimère, encore, Le soir était si doux.

J’y trouvais une jeune fille,
Assise là au coin, Elle était un peu trop triste, J’ai sorti l’accordéon.

J’ai joué une musique
Que m’avaient chanté les vieux,
J’ai vu une étoile
Qui est tombée de ses yeux.
Je ne sais pas tout de la vie,
Mais je sais que le Bon Dieu
A inventé la musique
Pour cette étoile là.

Adieu, donc, adieu Morlanne,
Tu as la lune sur les toits,
Et la fête aux platanes,
Je m’en reviens vers la nuit.